Chronique musicale

La souscription en faveur des victimes de l’Opéra

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 6 décembre 1873

« Et comme un pareil désastre entraîne bien des misères à sa suite, nous nous sommes fait un devoir, qui sera une satisfaction de cœur, de mettre en vente le présent numéro au profit des victimes de l’incendie. »

Ce « numéro » est celui du 15 novembre de la luxueuse revue intitulée : la Chronique musicale, que chacun peut feuilleter et même acheter chez son libraire. Cet « incendie » est, comme on s’en doute, celui de l’Opéra.

Si quelqu’un s’offusquait de ce que nous reproduisons ces cinq lignes d’avis au public trouvées dans le journal du voisin, notre réponse serait prête. Nous ferions valoir que la charité, d’ordinaire si ingénieuse et empressée à Paris, n’a eu que des élans modérés en faveur des victimes du désastre subi par l’Opéra ; qu’ainsi c’était pour nous presque une obligation de relever les rares tentatives faites dans un but si secourable.

Pour continuer ce chapitre d’histoire extra-musicale, nous avons encore à signaler l’appel fait aux peintres et aux sculpteurs par l’Événement. Les objets d’art ainsi obtenus doivent être mis en vente au profit de toute ce petit monde d’ouvreuses, de placeurs et autres employés sans appointements, que l’incendie de l’Opéra a jetés sur le pavé.

Et puis la nomenclature ne va pas plus loin, et c’est à notre grand regret. Il y a bien quelques autres souscriptions, mais plutôt entrouvertes qu’ouvertes, et poussées sans chaleur. Ensuite il nous faudrait tenir registre des bonnes intentions, des promesses de représentation à bénéfice et autres combinaisons non encore réalisées.

Tel est l’état de la question.

Dans je ne sais plus quel vaudeville qui mettait en scène un bal de bienfaisance, l’acteur principal faisant main basse sur le buffet, disait : « Je me goberge, je me gris… au profit des pauvres ! » – Laissez-nous piller, au profit des victimes de l’Opéra, le numéro extraordinaire de la Chronique musicale ; ce sera peut-être vous mettre en goût de le lire. Il est d’ailleurs consacré, d’un bout à l’autre de ses soixante-quatre pages, aux souvenirs anecdotiques de la défunte salle où il s’est passé tant de choses, et où tant de gens illustres ont passé.

En tournant le premier feuillet, je trouve donc un travail de M. Arthur Heulhard (rédacteur en chef), où sont relatés, avec pièces à l’appui, les incendies de cinq locaux occupés dans Paris par l’Opéra.

  • La salle de l’Opéra, au Palais Royal, brûle en 1763 ;
  • La seconde salle du Palais-Royal brûle en 1781 ;
  • La salle provisoire des Menus-Plaisirs brûle en 1788 ;
  • Celles des Tuileries et de la Porte Saint Martin brûlent en 1871 ;
  • Celle de la rue Le Peletier brûle en 1873.

Et le rédacteur, avant de signer, nous fait part de cette remarque curieuse à enregistrer : « Tous ces incendies ont éclaté dans l’intervalle des représentations. Disons qu’avant 1781, les loges ne s’ouvraient que par le dehors, et qu’une fois entré au dedans, le spectateur n’en pouvait sortir qu’avec l’agrément des ouvreuses qui, seules, en possédaient la clef. Supposez un incendie qui se fût déclaré pendant le spectacle !!! »

Je continue mon dépouillement.

M. Nuitter établit ensuite un État des pertes dans l’incendie de 1873 ; et sa qualité d’archiviste de l’Opéra donne à ce document une valeur authentique. Ont été anéantis :

A cette lamentable liste il faut ajouter les parties d’orchestre des opéras que nous venons de citer, un grand nombre d’instruments de musique, le magasin d’accessoires, le service des armures, les bustes du foyer, parmi lesquels celui de Gluck, qui passait pour un des chefs-d’œuvre de Houdon, etc…

Il est vrai que M. Nuitter nous raconte que plusieurs objets d’un prix inestimable ont pu être sauvés ; entre autres « les états d’émargement, précieux recueil, autographe des signatures de tous les artistes, dont la collection remonte à 1749… ; la collection complète des livrets d’opéra provenant de la bibliothèque Soleinne ; la collection des affiches depuis l’an XII ; etc…

L’article de M. Adolphe Jullien nous donne ensuite les détails les plus piquants sur l’Inauguration de la salle de l’Opéra le 16 août 1821

Après l’assassinat du duc de Berry dans la salle de la rue Richelieu, l’Opéra fut comme l’on sait transporté rue Le Peletier. L’hôtel auquel on l’adossa avait été construit par Carpentier pour le financier Bouret. Il appartenait en dernier lieu au duc de Choiseul qui l’habitait depuis que le théâtre Favart occupait l’emplacement de son ancienne demeure du boulevard.

L’architecte Debret, restaurateur de la basilique de Saint-Denis, fut chargé des travaux du nouveau théâtre. Il se mit à l’œuvre en août 1820, et l’Opéra fut ouvert au public en 1821. La dépense avait été de 2,287,000 francs.

Le spectacle d’ouverture se composait de la reprise des Bayadères, opéra en trois actes de de Jouy et Catel ; et d’un ballet en un acte, le Retour de Zephire de Gardel et Steibelt.

Ce qui est stupéfiant, eu égard à la curiosité que nous aurions aujourd’hui en pareille circonstance, c’est que les Parisiens ne se précipitèrent pas en foule à cette fête. La recette fut bien de 9,251 fr. 10 c., mais jusqu’au milieu de la soirée un grand nombre de places restèrent vides, et ne furent remplies que sur le tard par des passants qui s’en offrirent la fantaisie.

Il est vrai que ce soir-là il y avait quatre premières représentations sur différents théâtres : Le Philosophe en voyage à l’Opéra-Comique, le Mariage enfantin au théâtre de Madame, le Traité de paix au Vaudeville et les Époux de quinze ans à la Gaîté.

Les sarcasmes ne manquèrent point à l’architecte. Sa façade surtout ne trouva grâce devant personne. « On remarqua qu’elle offrait beaucoup de rapport avec celle d’un restaurateur de la place du Châtelet, à l’enseigne du Veau qui tette. On rapportait qu’un plaisant à qui l’on demandait le chemin du nouvel Opéra avait répondu : « La troisième porte cochère à votre droite ». Et comme il n’y avait eu place que pour huit Muses, sur le fronton du monument, chacun allait disant que celle qui manquait était la muse de l’architecture. » Il paraît pourtant que cette façade était une imitation du palais de la Ragione à Vicence.

La parole est ensuite à M. Arthur Pougin qui, avec une patience bénédictine, énumère les quatre-vingt-dix-huit opéras et les soixante-quatre ballets représentés dans la salle de la rue Le Peletier. Il en donne les dates et les noms des auteurs ; et souvent entre deux paragraphes il glisse une note explicative. A cette nomenclature, notre confrère du journal le Soir a joint les titres de trois oratorios et de vingt-huit cantates dont l’exécution eut lieu à l’Opéra.

Puis il nous fournit ces renseignements statistiques : parmi les opéras on en trouve :

  • 27 en cinq actes,
  • 18 en quatre actes,
  • 22 en trois actes,
  • 21 en deux actes,
  • 10 en un acte.

Pour les ballets :

  • 3 en quatre actes,
  • 26 en trois actes,
  • 26 en deux actes,
  • 9 en un acte.

Voici maintenant un catalogue bien curieux, et qui n’avait jamais été dressé, c’est celui des opéras qui ont eu le moins de succès :

TitreReprésentations
François Villon18
La Reine de Saba15
Le Maître chanteur15
La Voix humaine13
La Nonne sanglante11
Le Docteur Magnus11
Sapho10
Sainte Claire9
La Fronde5
La Rose de Florence5
Benvenuto Cellini3
Le Tannhauser3
Pantagruel1

M. Pougin termine son travail par la liste des chanteurs, cantatrices, danseurs, danseuses, directeurs, chefs d’orchestre de l’Opéra de 1821 à 1873.

Deux articles encore dans le numéro extraordinaire de la Chronique musicale : une histoire des Bals masqués de l’Opéra, par M. Mulsane, un nouveau venu dans la presse artistique ; et une Bibliographie de l’Opéra, par M. E. Thoinan, le célèbre bibliophile-musicien.

Nous avons pensé que tous ces détails, un peu secs, mais instructifs, devaient être consignés dans un recueil qui, comme le Monde illustré, se garde en collection et qui, par ce fait, doit de la pâture aux curieux des temps à venir.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Pasini (6 décembre 1873). Chronique musicale. Les fours noirs. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uq9z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.