Chronique musicale

Théâtre de l’Opéra : Gretna Green, ballet-pantomime en un acte de MM. Nuitter et Mérante, musique de M. E. Guiraud (5 mai)

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 17 mai 1873

Sur les théâtres de toutes les grandes villes on saute ; mais on ne dans qu’à Paris (rue Lepeletier, n° 10). Il nous a été donné d’assister à la représentation de divers ballets à Londres, à Marseille, à Bruxelles, à la Haye, à Amsterdam, à Milan, à Venise, et ce que nous avons recueilli d’impressions à travers les verres de notre lorgnette se résume dans l’axiome que nous venons de poser.

L’Opéra de Paris est donc une sorte de maison modèle où se créent les produits les plus affinés et les plus rares de l’art chorégraphique. Toutes choses y sont de grand style et portent un cachet de majesté dont la tradition remonte visiblement à Lulli, ce Louis XIV lyrique.

C’est bien là pourquoi le petit ballet de Gretna Green, qu’on donne en ce moment, paraît un peu chétif. Le cadre est trop pompeux pour un tableau de chevalet ; et ce défaut de proportion a frappé bien des gens qui s’y connaissent.

Ce que vous exigez d’un ballet, n’est-ce pas, c’est que vous sortiez de sa représentation ébloui au point de voir trente-six mille soleils ? c’est aussi que par des changements imprévus, bizarres, tenant du rêve, votre esprit reste confondu de toute cette fantasmagorie de choses magnifiquement impossibles ! L’idéal serait que, la fête terminée, vous soyez encore sous le charme jusqu’à oublier votre chemin dans les rues de Paris, et partir pour Vincennes si vous demeurez à Passy.

Orfa, le Corsaire, la Maschera ont pu, dans le temps, cause de ces hallucinations. Mais Gretna Green, je vous en préviens, ne produira aucun trouble sur vos sens. C’est un ballet réaliste. Les aventures qui arrivent aux personnages qu’il met en scène sont assez bourgeoises, et peuvent jusqu’à un certain point se rencontrer dans la vie d’un citoyen paisible.

L’action se passe sur la frontière d’Écosse, au village de Gretna Gree. (En prenant le train-poste du soir, à Paris, on y est le lendemain pour dîner.) Là, un forgeron nanti de pouvoirs municipaux marie tous les couples échappés qui viennent implorer son assistance. Un coup de marteau sur son enclume et vous voilà unis pour la vie.

Cependant, maître Toby, le forgeron, refuse de conjoindre sa fille avec un jeune highlander du voisinage ; ce qui est l’incident le plus dramatique du livret. Mais nos deux tourtereaux ne s’embarrassent guère d’un tel obstacle : ils prennent des habits d’emprunt et, profitant de ce que M. le maire est en état d’ivresse, se présentent devant sa fatale enclume. Pan !… Les voilà mari et femme. Tout le monde en est ravi, excepté le forgeron ; mais ça lui apprendra à boire !

Il y a peut-être d’autres péripéties à ce petit drame intime. Nous disons ingénument tout ce nous en avons saisi au vol, et sans recourir au livret imprimé.

À quoi bon, d’ailleurs, lire ce qui est fait pour être vu et compris par le secours des yeux ? La lecture d’un scénario de ballet est d’ailleurs faite pour désenchanter l’esprit. C’est comme si on vous donnait de suite l’explication d’un rébus pour vous empêcher de le deviner vous-même. Or, il y a toujours du rébus dans la pantomime, et le plaisir est d’en déchiffrer le sens à soi tout seul.

Il nous souvient d’avoir assisté il y a une vingtaine d’années à un ballet militaire. Au lever du rideau on voyait des soldats au bivouac et en train de manger. Le livret portait naïvement : « Ici les soldats expriment par leurs gestes que la soupe manque de sel ». Nous, nous avions compris qu’elle manquait de poivre ! Si bien que prévoyant que ce maudit papier imprimé allait toute la soirée nous donner des démentis, nous le jetâmes pour ne jamais plus le consulter.

M. le directeur de l’Opéra a pourtant fait toute la dépense pour monter son nouveau ballet. Eh ! bien ! le sujet en étant, comme nous l’avons dit, trop terre à terre, l’effet obtenu par les décors et les costumes n’est pas en rapport avec l’effort fait.

Un exemple : à un moment donné arrive en scène une voiture, je dis une vraie voiture richement dorée et attelée de vrais chevaux, que mène un vrai cocher. Voilà une fantaisie un peu coûteuse ; mais le public ne s’en esbaudit pas, et avec le même argent on aurait pu faire un décor de plus, ce qui eût été de beaucoup préférable.

Le décor unique de la pièce est peint avec un talent réel et un sentiment de vérité que d’ailleurs on est habitué à rencontrer dans les toiles peintes de l’Opéra. Mais il représente un coin quelconque de la campagne la plus banale. À droite et à gauche des maisons ; à l’horizon une colline boisée. C’est ce que dans les ateliers on appellerait une étude. Toujours est-il que ce paysage peut aussi bien se rencontrer dans le département de Seine-et-Marne qu’en Écosse.

Car la scène, comme on le sait déjà, se passe en Écosse. Aussi les danseurs ont-ils l’air des choristes de la Dame Blanche se dégourdissant les jambes. Ils ne sont même que trop bien habillés pour de simples paysans qu’ils représentent, et c’est au point que plusieurs d’entre eux qui jouent des rôles de mendiants ont encore l’air très à leur aise !

Le metteur en scène a encore compté sur divers moyens d’attraction : sur une entrée de chasseurs et sur des évolutions militaires. Mais les demoiselles qui remplissaient des rôles dans cette revue en armes ont montré quelque hésitation à se mouvoir en cadence, parce que vraisemblablement elles craignaient de s’éborgner avec leurs épées.

La musique de M. Guiraud a été généralement bien reçue du public et de la critique ; on en a tout de suite retenu une valse et un air de gigue. Ce dernier morceau est même très habilement développé et présente assez d’intérêt pour être joué à part dans un concert. Pourtant (et surtout depuis que nous avons entendu Madame Turlupin) nous avons idée que M. Guiraud pourrait écrire une partition de ballet rythmée avec plus d’entrain. Il ne s’est pas cette fois abandonné à toute sa verve. Il s’est retenu ; il a eu peur d’être trop gai et ainsi de manquer de distinction. Ce qui fait défaut à sa musique de ballet c’est ce que Voltaire appelait le diable au corps et ce que, dans le cas présent, on pourrait appeler « les fourmis dans les jambes ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Pasini (17 mai 1873). Chronique musicale. Les fours noirs. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uq9u


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.