Semaine théâtrale et musicale

Le Cerisier

par H. Moreno

dans Le Ménestrel du 17 mai 1874

Des cinq grands actes de Guillaume Tell passons au petit acte pastoral du Cerisier, annoncé depuis si longtemps à l’Opéra-Comique et qui vient enfin d’être représenté salle Favart, avec Mlles Chevalier, Reine, Revilly, MM. Thierry, Barnolt et Teste pour interprètes.

Ce petit acte, paroles de M. Jules Prével, musique de J. Duprato, a droit à toutes les sympathies : on sait le remarquable talent de M. Duprato, d’une part et, de l’autre, la douloureuse maladie qui l’a tenu éloigné de la scène et même du Conservatoire, où il tient avec tant de distinction sa classe d’harmonie. À peine rendu à la vie artistique, M. Duprato a pu terminer l’orchestration de sa nouvelle partition, et c’est avec un double plaisir, un double intérêt, que le public est venu, vendredi dernier, applaudir la musique du Cerisier sur l’agréable livret que voici en quelques mots :

Ému sans doute par les premiers rayons d’un soleil printanier, le fermier Marcelin ne s’avise-t-il pas un beau matin, et pendant que sa femme dort encore, de lutiner Christine, sa jolie servante, et cela en plain potager.

Sa voisine, Mme Furet, a tout vu ; elle dira tout à cette pauvre Mme Marcelin. C’est alors que le mari volage, pour détourner le coup, s’ingénie à jouer avec sa femme le même jeu qu’il vient de jouer avec Christine. Quand la bonne voisine arrive pour dévoiler les turpitudes qui se sont passées sous ses yeux, elle ne provoque qu’un éclat de rire sonore. « Mais c’était mois ! » lui répond toujours Mme Marcelin.

Puisqu’il en est ainsi, puisqu’on ne veut pas la croire, la bonne Mme Furet va raconter la chose à Prosper, le fiancé de Christine. Celui-là sera sans doute plus crédule.

Mais la petite Christine a pris les devants. Avisée à temps du coup qui la menace, elle a renouvelé avec son fiancé la scène qui s’est passée le matin avec son patron.

Mme Furet accourt : « Prosper, j’ai vu un homme prendre Christine par la taille. – C’était moi ! – Prosper, il l’a embrassée. – C’était moi, toujours moi. Cette pauvre madame Furet est folle ! »

Et, sur ces entrefaites, on entend un bruit de fanfares. C’est le village entier qui vient annoncer à Christine qu’on l’a choisie cette année pour rosière. Elle l’a bien mérité.

La donnée de cette petite fable est tirée, comme on le voit, d’un des contes les plus aimables de la Fontaine. M. Jules Prével en a adouci les côtés un peu vifs, tout en l’agrémentant d’autre part de jolis détails qui ont été bien accueillis du public.

M. Duprato a su broder sur ce canevas une musique scénique et distinguée. Il faut citer le gracieux duetto : C’était moi ! les couplets : J’en mettrais ma main au feu, et surtout le quintette : Elle est folle !

La vraie note de M. Duprato, disons-le toutefois, n’est pas celle du Cerisier. Elle est plus élevée, plus poétique, et se sent mal à l’aise dans ces petits sujets trop étroits. M. Duprato a donné sa mesure dans la Fiancée de Corinthe, une partition trop peu connue dans la Déesse et le Berger, dans le Chanteur florentin et surtout dans les délicieux Sonnets, qui ont plus fait que tout le reste pour sa réputation.

Le Cerisier, gentiment interprété par Mlles Chevalier, Reine, Revilly, MM. Thierry et Barnolt, fera un très agréable lever de rideau aux Noces de Figaro.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Pasini (17 mai 1874). Semaine théâtrale et musicale. Les fours noirs. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uqa2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.