Premières représentations

Opéra-Comique. – Le Cerisier, opéra comique en un acte, paroles de M. Jules Prével, musique de M. Duprato.

par Auguste Vitu

dans Le Figaro du 17 mai 1874

Le libretto du Cerisier appartient à l’école de Sedaine, aiguisée de quelques sons égrillards directement empruntés aux contes de La Fontaine.

La donnée fort simple de la Servante justifiée a été traitée par M. Prével d’une manière scénique, et je connais, dans le répertoire de l’Opéra-Comique, d’excellentes partitions qui se sont contentées à moins.

Le fermier Marcellin s’est laissé surprendre par une méchante commère, Mme Furet, au moment où il embrassait sous un cerisier sa servante Christine. Madame Furet n’aura rien de plus pressé que d’aller dénoncer à Georgette Marcellin l’infidélité de son mari.

Qu’imagine le rusé compère ? Il amène sa femme sous le cerisier, la lutine et l’embrasse, en un mot il répète avec Georgette les ébats qu’il prenait tout à l’heure avec Christine.

Aussi lorsque madame Furet arrive et clabaude, je vous assure qu’elle est reçue par un éclat de rire. – J’ai vu votre mari embrasser une femme ! – C’était moi. – Il l’a fait trébucher de l’échelle pour qu’elle tombât dans ses bras ! – C’était moi. – Il l’a prise par la taille ! – C’était moi.

Furieuse et déçue, la mère Furet se retournera sur Prosper, l’amoureux de Christine.

Au tour de celle-ci à se prémunir contre les mauvaises langues. Elle agace Prosper, l’amène sous le cerisier et se fait embrasser par son amoureux comme elle l’avait été le matin par son maître.

Nouvelle déconvenue pour Mme Furet. – J’ai vu votre Christine embrassée par un homme. – C’était moi ! – Il l’a prise par la taille. – C’était moi ! c’était moi !

Chœur général : Mme Furet est folle !

Et, pour couronner la déconvenue de Mme Furet, Christine est couronnée rosière.

Rien n’empêchait M. Duprato d’égrainer sur cette amusante fantaisie quelques notes de musique légère. S’il n’y a pas réussi, ce n’est pas que les qualités de facture manquent à la plume du compositeur, mais les idées lui arrivent rares et courtes, et, à quelques heureuses exceptions près, plus tristes que ne le comportait le conte gaulois de MM. Jean de la Fontaine et Jules Prével.

S’il fallait à toute force citer un ou deux morceaux qui aient laissé sur ma mémoire une impression moins passagère que les autres, je ne trouverais guère que le duetto de Christine et de Mme Furet : C’était moi ! et la petite chanson de Prosper : J’en mettais ma main au feu, laquelle, après tout, ne dépasse guère le niveau moyen de l’opérette.

Ajoutons qu’à l’exception de Mme Révilly, accoutumée à la résignation la plus complète, et de Barnolt, amusant sous les traits de Prosper, les acteurs semblent se faire un jeu d’épuiser la politesse infinie du public parisien. Si j’avais à rédiger leur feuille de route, je la libellerais ainsi : « Venant de Quimper-Corentin ; en route pour Brives-la-Gaillarde. »


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Pasini (17 mai 1874). Premières représentations. Les fours noirs. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9a8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.