Revue musicale

Opéra-Comique : Le Cerisier, opéra-comique en un acte, de M. Jules Prével, musique de M. Duprato. – MM. Thierry, Barnolt et Teste, Mmes Chevalier, Reine et Révilly.

par M. de Thémines

dans La Patrie du 18 mai 1874

« Sera-t-il dieu, table ou cuvette ? » se demandait le sculpteur du Fabuliste avant d’attaquer de son ciseau le bloc de marbre qui était devant lui. Ce sera un opéra-comique, s’est M. Jules Prével devant un poirier du même fabuliste, le poirier des contes cette fois.

Avant de faire une pièce, du poirier de la Servante justifiée, il en a fait un cerisier. C’est plus gai d’abord, et c’est plus de saison. On y peut appuyer une échelle et y monter ; or, cette échelle lui était indispensable, moins pour qu’on montât que pour qu’on en descendît. Le conte était un peu grivois, comme tous les contes de ce bon Jean La Fontaine, à qui ils faillirent fermer les portes de l’Académie ; l’opéra-comique sera amusant et spirituel, et à moins de souligner telle ou telle pointe, tel ou tel mot, l’auteur est sûr que les jeunes filles n’y verront pas malice ; je ne dis pas les jeunes femmes… Demandez plutôt à Georgette, la femme à Marcelin, et qui s’étonne de certaines agaceries dont son mari l’avait déshabituée. Mais que je vous raconte ce petit acte :

Le théâtre représente un arbre ; cet arbre, je vous l’ai déjà dit, est un cerisier. L’arbre est entouré d’un jardin, avec rosiers, fontaine, berceau, etc. Les fenêtres de la maison de la mère Furet donnent malheureusement sur ce bout de jardin. Ah ! que voulez-vous ! on n’est pas toujours maître de régler la mitoyenneté.

Prosper, un bon gars, le garçon jardinier, aime Christine, la servante et un peu aussi la cousine du jardinier-maître du gros Marcelin, déjà nommé. Elle aspire à la rose, – la scène se passe à Nanterre, ce qui fait que la pièce est encore plus de circonstance – et à la dot y annexée. On prétend qu’ils se marieront aux prunes, pour ne pas dire aux roses ; ils attendent l’éclosion de cette nouvelle espèce, qu’on appelle les roses-dotières, ou les roses-dotales, si le solécisme effraie et les horticulteurs et les académiciens.

Ce gros libertin de Marcelin trouve sa cousine fort gentille, et comme il cultive les primeurs, il la préfère un moment à sa femme. Il arrive comme elle est montée à l’échelle pour cueillir les cerises, lui conte fleurette, et finit par ajouter l’éloquence du geste à celle de la parole. – Vous allez me faire tomber ! s’écrie Christine en se défendant de son mieux. – Eh bien ! tombe dans mes bras, dit Marcelin. Et la jolie cousine, pour ne pas se casser le cou, fait comme il lui dit.

Ce n’est pas tout. Marcelin, une fois en train d’être galant, n’en reste pas là. Il lui offre une des plus belles roses de ses rosiers ; non pas celle qui rapporte des dots, au contraire ; celle qui pourrait les faire perdre. La petite, qui veut s’en débarrasser, – du Marcelin, non pas de la rose – va à la fontaine, sous prétexte qu’elle doit arroser les plantes ; le jardinier la poursuit jusque-là, comme les satires des idylles antiques, il l’attire, bon gré mal gré, dans un bosquet, et parvient à l’embrasser.

Ne vous étonnez pas de la complaisance de Christine. Le monstre l’a menacée de chasser Prosper si elle refuse. Que voulez-vous ! Elle l’aime, ce niais de Prosper. Et puis elle veut être rosière, – elle brûle de l’envie de se marier, et, vous l’avez entendu, la rose, c’est la dot.

Mais la vieille mère Furet a tout vu de sa fenêtre. Christine se sauve effrayée, car elle est très méchante et très bavarde, cette Mme Furet. Bientôt tout le village va être mis au courant de l’innocente escapade.
– Ah ! bien, oui ! La voisine a compté sans Marcelin ! Que fait-il ? Sa femme arrive ; il recommence avec Georgette – c’est le nom de sa femme – toutes les petites agaceries qu’il a faites à Christine, l’engage à monter au cerisier pour qu’elle en descende et qu’elle tombe dans ses bras, lui offre la plus belle rose de ses rosiers, la poursuit à la fontaine, l’attire dans le bosquet, l’embrasse… La suite au prochain numéro.

C’est Georgette qui est tout étonnée de ce soudain revenez-y de son mari. Peut-être croit-elle à cette définition : « L’amour est un grand recommenceur ». Mais Marcelin, qui n’y croit pas, lui, se dit : – Et maintenant, la mère Furet peut parler ; ma femme ne la croira pas !

C’est ce qui arrive. La vieille vient tout raconter à Georgette : l’épisode de l’échelle, celui de la fontaine, la rose, le baiser, le bosquet. Peine perdue ! La jeune femme lui éclate de rire au nez. « C’était moi ! » lui répond-elle. Mme Furet a beau protester et jurer qu’elle a vu, de ses yeux vu, ce qui s’appelle vu ; Georgette sait à quoi s’en tenir ; elle finit par se fâcher et renvoie assez rudement cette méchante trouble-ménage.

Mme Furet ne se tient pas pour battue. Éconduite par la femme, elle sera plus heureuse avec le promis ; elle ira raconter le tout à Prosper. Mais, cette fois aussi, elle a compté sans Marcelin, qui prévoit la chose, se méfie, et profite d’un moment où il reste de nouveau seul avec Christine pour l’endoctriner. La petite rusée retient si bien la leçon, que lorsque Prosper est là, elle monte au cerisier, se laisse tomber dans ses bras, a envie d’une rose, – c’est une giroflée que son fiancé lui offre, mais peu importe, – va à la fontaine, fait semblant de glisser dans le bassin pour que Prosper accoure et l’empêche de faire le plongeon, attire le benêt dans le bosquet et lui permet de l’embrasser, ce qui étonne singulièrement Prosper, lui qui, toutes les fois qu’il voulait s’approcher de sa promise, en recevait régulièrement un soufflet.

Vous devinez le reste. La mère Furet revient ; veut dénoncer Christine ; recommence à raconter l’histoire de l’échelle, de la fleur, du bassin, du baiser et du bosquet. Prosper, cela l’amuse fort. – Mais c’était moi ! lui dit-il avec son gros rire bête. La mère Furet peste et rage ; Marcelin et Georgette s’en mêlent ; on la chasse.

Sur ce, un roulement de tambour ; le garde champêtre paraît avec tous les gens du village, et vient annoncer à Christine qu’on lui a décerné la rose, – prononcez la dot. Marcelin, qui a eu occasion de s’assurer que Georgette n’est pas déjà trop à dédaigner, gardera Prosper ; on fera la noce – et voilà la servante justifiée.

C’était un peu malaisé à expurger le conte et à le mettre ad usum Duprati. M. Jules Prével y a réussi. Son scénario est habilement disposé pour un de ces opéras-comiques du temps de Favart, et qui n’étaient pas les moins agréables ni les moins prisés par les musiciens. Il y a de jolis vers, des mots, des sous-entendus piquants ; c’est plus qu’il ne faut pour un petit acte sans prétention.

Le public a fait comme M. Duprato, qui l’avait trouvé de son goût. L’auteur de Trovatelles et de la Déesse et le Berger, de M’sieur Landry et de La Fiancée de Corinthe – à propos, pourquoi ne reprend-on pas les Trovatelles ? C’est si joli ! – l’auteur de toutes ces charmantes partitions a brodé sur ce canevas des mélodies gracieuses et orchestrées avec goût. C’est tout ce qu’on lui demandait. N’oublions pas que c’est un petit acte. Il y a des couplets réussis, ceux de la Main au feu, un duo et un quintette qui […] plaisir. Ce sera toujours un fort agréable lever de rideau.

Je ne m’attarderai pas sur l’exécution : elle aurait pu être meilleure. M. Barnolt a dit avec beaucoup d’entrain ses couplets, et sans le quintette, je n’aurais même pas le prétexte de nommer les quatre autres artistes : Mmes Révilly, Reine, Chevalier et M. Thierry. Quant à M. Teste, il a trouvé le moyen, sous l’uniforme de garde champêtre, de faire rire quatre fois en ne disant que deux mots.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucia Pasini (18 mai 1874). Revue musicale. Les fours noirs. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9aa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.