Archives par mot-clé : Bizet

Semaine théâtrale

par H. Moreno

dans Le Menéstrel du 11 mai 1873

Nos jeunes compositeurs seraient mal venus aujourd’hui de se plaindre que les portes leur soient fermées et qu’on ne leur donne pas l’occasion de se produire. L’année qui vient de s’écouler leur a été particulièrement favorable. Sans parler des concerts populaires de M. Pasdeloup, des concerts nationaux de l’Odéon et des concerts Danbé, où bon nombre d’entre eux ont pu faire leurs preuves symphoniques, nos théâtres, il faut le reconnaître, se sont montrés très hospitaliers à leur égard.

Continuer la lecture de Semaine théâtrale

Lettres de Paris

Grand-Opéra. – La coupe du roi de Thulé

par Philibert Bréban

dans Le Phare de la Loire du 14 janvier 1873

Vous avez certainement lu tout ce que les journaux bonapartistes ont débité depuis deux jours sur la mort de l’ex-empereur. Que dis-je ? Vous avez lu, vous avez savouré, vous avez dû boire du lait en voyant ces pleurs, ces gémissements, ces menaces, ces grincements de dents, ces cris de rage et de colère poussés par le Pays, le Gaulois, l’Ordre et le Paris-Journal.

Continuer la lecture de Lettres de Paris

Théâtres

Opéra-Comique. Don César de Bazan, par M. d’Ennery, musique de M. Jules Massenet

par Méphisto

dans La Chronique illustrée du 13 décembre 1872

Depuis samedi soir, M. Massenet s’est incontestablement placé à la tête des jeunes ; c’est leur chef de file, c’est leur véritable colonel. Nous n’avons pas la prétention de diminuer le mérite de M. Georges Bizet ou la valeur de M. Guiraud ; seulement, l’un a arboré le drapeau de Ch. Gounod, l’autre est officier à la suite du Chalet et de Giselle. M. Léo Delibes n’a pas non plus rompu en visière avec cette tradition-là. Tous, tant qu’ils sont, peuvent compter sur l’avenir ; tous sont au-dessous de la moyenne générale des talents ; je suis persuadé néanmoins que M. Massenet les dépassera, et je trouve que Don César de Bazan en est la preuve.

Continuer la lecture de Théâtres

Chronique musicale

Opéra-Comique : Première représentation de Don César de Bazan, poème de MM. Dumanoir, d’Ennery et Chantepie, musique de M. Jules Massenet

par Bénédict

dans Le Figaro du 3 décembre 1872

C’était une bonne fortune pour un compositeur que d’avoir à mettre en musique le Don César de Bazan de MM. Dumanoir et d’Ennery. La transformation de ce drame de cape et d’épée en livret d’opéra ne devait coûter aux auteurs aucun travail de remaniement ; il devait se borner, sur les indications du musicien, à substituer, çà et là, à la prose du dialogue des lignes symétriques et rimées destinées aux chanteurs et aux chœurs. Une manœuvre intelligente pouvait suffire à cette besogne. Don César de Bazan abonde en situations dramatiques dont les aspects se modifient à mesure que l’action avance et que la passion et l’intérêt des personnages l’arrêtent en chemin ou la précipitent vers le dénouement. Les contrastes s’accusent, les caractères se dessinent, la comédie fait obstacle au drame, ce que combinent et nouent dans l’ombre l’astuce et l’hypocrisie de Don José, l’insouciance et la gaieté de Don César le déjouent ou le tranchent. La lutte est ténébreuse d’un côté, à ciel ouvert de l’autre. La partie est vivement engagée, et bien que le ministre de Charles II joue avec des dés pipés, le hasard, qui est l’allié naturel des aventuriers, doit favoriser le beau joueur et faire tourner la chance en faveur de l’époux de la Maritana.

Continuer la lecture de Chronique musicale

Les premières

Don César de Bazan

par Frou-Frou

dans Le Figaro du 2 décembre 1872

L’Opéra-Comique est, sans contredit, le théâtre le plus patriarcal de Paris. Même les soirs de première représentation, on y est comme en famille. C’est la tranquillité des parents qui ont des filles à marier. Au plafond, les portraits des compositeurs qui ont tant de fois uni, en musique, Adolphe à Clara et Colin à Colinette, sourient bienveillamment aux demoiselles en quête d’époux et aux célibataires en quête d’épouses. Il y a, dans le répertoire du théâtre, quelque chose de bon, de doux et d’honnête qui vaut à l’Opéra-Comique une clientèle de petites filles sorties de pension, escortées de leur mère. Les loges mêmes y sont plus spacieuses que partout ailleurs et disposées de façon à pouvoir contenir la double famille du fiancé et de la fiancée. On pourrait chanter sur l’air de Mignon :

Oui, c'est là le théâtre où fleurit l'oranger,
Où le jeune homme vient pour pincer l'héritière,
Où la mère conduit sa fille sans danger,
Où l'on entre garçon, d'où l'on sort presque père !
Continuer la lecture de Les premières

Revue musicale

Vaudeville : La musique de l’Arlésienne

par Adolphe Jullien

dans Le Français du 14 octobre 1872

Je n’ai plus grande place pour parler de la musique de l’Arlésienne. M. Bizet ne m’en voudra pas ; j’ai, ici même, longuement étudié son talent à propos de Djamileh. La musique qu’il a composée pour le drame M. Daudet est fort remarquable. Il s’est heureusement servi de plusieurs chants provençaux, notamment du Noël des Rois, dont on attribue la poésie au roi René : la musique, composée plus tard par Lulli, est restée sous le nom de Marche de Turenne. L’ouverture expose d’abord simplement cet air qui reparaît sous les aspects les plus variés : cette préface musicale est d’un beau caractère. Ce noël revient à la fin de la pièce, traité en chœur de la façon la plus ingénieuse. Je citerai aussi un bien joli menuet et les chœurs du tableau de la Camargue, surtout celui du coucher de soleil, si bref et si saisissant. J’en passe, et des meilleurs, car tous, même les plus courts, sont d’une couleur charmante. Je ne sais si le drame se jouera longtemps, mais la musique mérite de rester ; elle me paraît avoir sa place marquée au Grand-Hôtel ou aux Concerts populaires.

Semaine théâtrale

Vaudeville : l’Arlésienne, mélodrame en quatre actes, de M. Alphonse Daudet, musique de M. Georges Bizet

par Gustave Bertrand

dans Le Ménestrel du 6 octobre 1872

Et maintenant parlons du mélodrame du Vaudeville. Ce n’est pas la première fois que ces deux mots sont amenés à se heurter. Nous avons vu de gros drames comme les Mères repenties, la Nuit du 24 février, Miss Multon, l’Abîme, etc., etc., qui ont fait mentir le nom du théâtre, et cela n’allait pas sans un peu de musique. Cette fois il y en a beaucoup et d’excellente : voilà toute la nouveauté.

Continuer la lecture de Semaine théâtrale

Revue musicale

La réouverture de l’Opéra-Comique et son programme

par Ernest Reyer

dans le Journal des débats politiques et littéraires du 31 août 1872

Demain dimanche, l’Opéra-Comique rouvrira ses portes, après deux mois de fermeture employés à des réparations urgentes et à des embellissements. Nous connaissons déjà par l’affiche le programme des premières soirées : le Domino noir, la Dame blanche, Zampa, Haydée et le Pré aux clercs. Nous savons aussi, par les réclames adressées aux feuilles spéciales, quelles surprises nous sont réservées pour la saison d’hiver : le Don César de Bazan, de MM. Dennery et Jules Massenet ; le Roi le sait, de MM. Gondinet et Léo Delibes ; un ouvrage en trois actes de M. Legouvé, musique de M. Paladilhe, dont on ne dit pas le titre ; un opéra-bouffe de MM. Ludovic Halévy et Meilhac, musique de M. Bizet ; la Clef d’or, de MM. Octave Feuillet et Eugène Gautier ; un acte de M. Poise ; un acte de M. Dubois, et quelques reprises importantes telles que Roméo et Juliette, le Pardon de Ploërmel et les Dragons de Villars. De belles promesses, vraiment, s’il ne fallait rien en rabattre. On nous rendra bien aussi, j’imagine, Djamileh et la Princesse jaune.

Continuer la lecture de Revue musicale

Chronique musicale

Opéra-Comique : Reprise des Dragons de Villars

par Bénédict

dans Le Figaro du 27 juin 1872

Les gens de cour qui, dans la vieillesse du grand roi, avaient, pour plaire au maître, affiché les dehors d’une dévotion outrée, donnèrent à leur hypocrisie la revanche scandaleuse de l’athéisme et des mauvaises mœurs de la régence. C’est le ressort qui en se détendant finit par souffleter la main qui le comprime. La comparaison peut être excellente, mais assurément ce souvenir fait intervenir bien mal à propos Louis XIV dans les affaires de l’Opéra-Comique. Notre second théâtre de musique, très désireux de faire parler de lui en rajeunissant son genre et en élevant la note de son répertoire, semblait vouloir rompre, rompre définitivement avec ses habitudes chansonnières en représentant à la file le Passant, Djamileh et la Princesse jaune. On eût mis de la bonne volonté à trouver là dedans le moindre prétexte à fredonner ! Le public se laissa faire d’abord avec une docilité exemplaire ; il écouta le Passant et applaudit Mandolinata ; c’était revenir à la chanson par un détour. Il assista ensuite à Djamileh avec l’impassibilité stoïque d’un homme ayant pris son parti de se faire couper une jambe attaquée de la gangrène. Sa gangrène, à lui, c’était le Pont-Neuf. Ayant résisté à Djamileh et au Passant, on le crut mûr pour une dernière opération chirurgicale, celle de la Princesse jaune. Il se révolta pour le coup et chercha M. Offenbach afin de le hisser sur le cheval blanc de Masaniello. Envisageant les suites de la Révolution qu’il avait étourdiment provoquée, M. Du Locle a dit comme Horace aux trois Curiaces, MM. Paladilhe, Bizet et Saint-Saëns :

Albe vous a choisis, je ne vous connais plus !
Continuer la lecture de Chronique musicale

Revue musicale

L’esprit de nos musiciens

par Guy de Charnacé

dans Le Bien public du 25 juin 1872

Les trois musiciens du Passant, de Djamileh et de La Princesse Jaune, n’ont pas rencontré, dans la critique, en général, l’expression des sympathies que nous leur avons témoignées ici. C’est surtout aux sujets de leurs pièces, sujets de tableaux agréables mais peu propres à mettre en lumière leurs qualités scéniques, que ces compositeurs doivent attribuer cette froideur de nos confrères. Les premiers payent cher aujourd’hui une erreur dont le résultat malheureux est d’arrêter le mouvement qui s’opère en faveur des musiciens français.

Continuer la lecture de Revue musicale

Causerie dramatique

par Charles de La Rounat

dans Le XIXe siècle du 18 juin 1872

L’administration des beaux arts, depuis qu’elle est reconstituée, s’est fort louablement occupée du sort de nos théâtres lyriques et de la situation où se trouvent vis-à-vis d’eux les compositeurs français. Elle s’est généreusement intéressée aux jeunes, aux inconnus, aux méconnus, et a parlé en leur faveur, en s’appuyant sur le sentiment national et sur l’opinion publique, un langage auquel nul ne pouvait rester sourd. Nous examinerons prochainement la réalité des efforts de l’Opéra et la sincérité de ses promesses : des doutes nous ont été manifestés sur ce point, des hypothèses, des suppositions ont été hasardées, des soupçons se sont fait jour, auxquels nous serons heureux de répondre, et nous espérons pouvoir le faire victorieusement.

Continuer la lecture de Causerie dramatique

Revue musicale

La Princesse Jaune, opéra-comique en un acte de MM. Louis Gallet et Camille Saint-Saëns. – La fermeture de l’Opéra-Comique et ses conséquences.

par Guy de Charnacé

dans Le Bien public du 18 juin 1872

L’Opéra-Comique conviait, mercredi dernier, la critique, à la première représentation d’un nouvel ouvrage en un acte, dû à la collaboration de M. Louis Gallet et de M. Camille Saint-Saëns.

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

Opéra-Comique. – La Princesse jaune, opéra-comique en un acte, par M. Louis Gallet, musique de M. Camille Saint-Saëns. – M. Lhérie, Mlle Ducasse

par M. de Thémines

dans La Patrie du 17 juin 1872

On me croira si l’on veut, mais j’ai une préférence très marquée pour la musique savante, en d’autres mots, pour la musique bien écrite, où la beauté de la phrase mélodique, qui est à l’orchestration ce que la pensée est à la forme, ne cesse pas d’être relevée par la pureté et l’élévation du style. J’adore Mozart, j’aime Beethoven, Weber, Händel, Bach, et bien d’autres maîtres allemands. J’aime aussi – que les mélodistes me pardonnent ! – certaines pages symphoniques (je souligne à dessein) de Wagner ; les autres de cet étrange compositeur me crispent les nerfs, m’agacent, me font douter de la bonne foi de ceux qui l’aiment ou font semblant de l’aimer, pour faire croire aux naïfs qu’ils comprennent quelque chose aux nullités redondantes et à l’algèbre instrumentale de ce compositeur, qui n’a jamais su ce que c’est que l’idée musicale, la mélodie, le chant, l’inspiration, le sentiment, la passion.

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

Théâtre de l’Opéra-Comique : La Princesse jaune, opéra-comique en un acte, poème de M. Louis Gallet, musique de M. C. Saint-Saëns

par Victorin Joncières

dans La Liberté du 17 juin 1872

Après le tableau florentin du Passant et le tableau oriental de Djamileh, voici le tableau japonais de la Princesse jaune.

Continuer la lecture de Revue musicale

Semaine théâtrale

Opéra-Comique. – La Princesse Jaune, opéra comique en un acte, poème de M. Louis Gallet, musique de M. Camille Saint-Saëns

par Gustave Bertrand

dans Le Ménestrel du 16 juin 1872

Ceux d’entre nous qui avaient voulu réentendre le petit opéra comique de M. Georges Bizet avant la première représentation de celui de M. Camille Saint-Saëns, ont pu remarquer, qu’en passant de l’un à l’autre, on retrouvait une atmosphère de musique plus humainement respirable. On revenait au sentiment des tonalités, des rythmes distincts, et les formes dramatiques et lyriques reprenaient quelque précision.

Continuer la lecture de Semaine théâtrale