Archives par mot-clé : Carvalho

L’Année musicale

par Arthur Pougin

dans Le Soir du 2 janvier 1874

Le mouvement musical, qui continue d’être très actif à Paris, le serait bien davantage encore si les efforts de nos artistes étaient encouragés comme ils le méritent, au lieu d’être entravés par l’inertie, involontaire ou calculée, des grandes administrations théâtrales. En ce qui concerne ses rapports avec le théâtre, la musique, en effet, est loin d’avoir à se féliciter de la situation que lui font les hommes et les événements. L’administration supérieure, sourde aux trop justes doléances de nos artistes, n’a pas encore trouvé un moyen de hâter la reconstruction du Théâtre-Lyrique, détruit depuis 1871, et la disparition de ce théâtre si utile se fait cruellement sentir, en les privant d’un débouché essentiel et considérable. En fait de scènes lyriques d’un rang élevé, nos compositeurs n’ont donc plus à leur disposition que l’Opéra-Comique, théâtre placé malheureusement en des mains qu’on peut justement appeler inhabiles, et qui, manquant complément à sa mission, semble beaucoup disposé à éloigner et à dégoûter les artistes qu’à les attirer et à les accueillir, comme ce serait son devoir. Quant au Théâtre-Italien, il est, de sa nature, complètement inutile et nul au point de vue de la production nationale.

Continuer la lecture de L’Année musicale

Semaine théâtrale

par Gustave Bertrand

dans Le Ménestrel du 2 février 1873

La plus grosse nouvelle que nous ayons cette fois à nous mettre sous la plume, c’est la publication au Journal officiel du Rapport du directeur des Beaux-Arts sur l’organisation du concours de composition musicale dramatique dont la fondation Anatole Cressent doit faire les frais. Il nous suffit aujourd’hui de le signaler, car nous avons plus d’une fois parlé de cette fondation si généreuse, si noblement motivée, et de l’influence active et féconde qu’elle peut avoir sur les destinées de l’École française.

Continuer la lecture de Semaine théâtrale

Revue musicale

Roméo & Juliette à l’Opéra-Comique. – M. Halanzier et le nouvel opéra

par Guy de Charnacé

dans Le Bien public du 28 janvier 1873

Qui donc prétendait que le directeur de l’Opéra-Comique n’aimait pas la musique ? Qui donc prêtait à M. de Leuven l’opinion suivante : « Ce qu’il faut à mon théâtre, ce sont des pièces gaies, telles que le Postillon de Lonjumeau, le Voyage en Chine ou Vert-Vert, des pièces si bien faites, si intéressantes qu’elles puissent se passer de musique et réussir néanmoins. En un mot, le public de la salle Favart ne demande qu’un minimum de musique ; il y en aura toujours trop pour lui et pour moi, et jamais pas assez ! »

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

Arrêt forcé des représentations de Don César de Bazan et de Madame Turlupin. – A propos des subventions

par Guy de Charnacé

dans Le Bien public du 24 décembre 1872

Aucune nouveauté ne s’est produite cette semaine dans le domaine musical, et même deux théâtres ont dû, pour quelques jours, interrompre les représentations de leurs pièces à succès. Mlle Daram a pris froid, et Madame Turlupin en reçoit le contre-coup à l’Athénée. D’un autre côté, une indisposition de M. Bouhy oblige l’Opéra-Comique à se priver des recettes de Don César de Bazan. Espérons que ces deux contre-temps ne seront pas de longue durée.

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

Opéra-Comique. La Princesse jaune, opéra-comique en un acte, en vers, de M. Louis Gallet, musique de M. Camille Saint-Saëns (1re représentation le 12 juin). – La situation actuelle de nos théâtres lyriques et les opéras de concours

par Arthur Pougin

dans Le Soir du 18 juin 1872

Je ne sais s’il y a quelque part une conspiration ourdie contre l’Opéra-Comique ; je ne sais si l’on a projeté, dans l’ombre et le mystère, la ruine de ce théâtre cher à la musique française ; je ne sais si quelques misérables ont juré de le faire disparaître à jamais de la surface de la terre, mais, ce que je sais bien, c’est que si l’on voulait en effet le faire périr, on n’aurait pas autre chose à faire qu’à le laisser glisser doucement sur la pente où il semble entraîné depuis plusieurs mois.

Continuer la lecture de Revue musicale