Archives par mot-clé : Joncières

L’Année musicale

par Arthur Pougin

dans Le Soir du 2 janvier 1874

Le mouvement musical, qui continue d’être très actif à Paris, le serait bien davantage encore si les efforts de nos artistes étaient encouragés comme ils le méritent, au lieu d’être entravés par l’inertie, involontaire ou calculée, des grandes administrations théâtrales. En ce qui concerne ses rapports avec le théâtre, la musique, en effet, est loin d’avoir à se féliciter de la situation que lui font les hommes et les événements. L’administration supérieure, sourde aux trop justes doléances de nos artistes, n’a pas encore trouvé un moyen de hâter la reconstruction du Théâtre-Lyrique, détruit depuis 1871, et la disparition de ce théâtre si utile se fait cruellement sentir, en les privant d’un débouché essentiel et considérable. En fait de scènes lyriques d’un rang élevé, nos compositeurs n’ont donc plus à leur disposition que l’Opéra-Comique, théâtre placé malheureusement en des mains qu’on peut justement appeler inhabiles, et qui, manquant complément à sa mission, semble beaucoup disposé à éloigner et à dégoûter les artistes qu’à les attirer et à les accueillir, comme ce serait son devoir. Quant au Théâtre-Italien, il est, de sa nature, complètement inutile et nul au point de vue de la production nationale.

Continuer la lecture de L’Année musicale

Revue musicale

Théâtre de l’Opéra : Gretna Green, ballet en un acte de MM. Nuitter et Mérante, musique de M. Guiraud. – Mlles Beaugrand, Fiocre, Bourgoing, Sanlaville, Pallier, Parent, Fatou, Vitcoq, Montaubry, Piron, Ivernizzi et Stoïkoff. – MM. Berthier et Pluque

par Victorin Joncières

dans La Liberté du 12 mai 1873

Gretna Green, le nouveau ballet que vient de donner l’Opéra, était destiné à accompagner la Coupe du roi de Thulé. M. Halanzier avait eu l’excellente idée de faire les honneurs de l’affiche, le même soir, à deux jeunes compositeurs français ; ce qui ne se voit certes pas tous les jours. Malheureusement pour M. Guiraud, et heureusement pour M. Diaz, la Coupe du roi de Thulé, avec Faure, fit le maximum des recettes, et dès lors il devenait inutile de renforcer un spectacle qui suffisait à lui seul à attirer la foule. D’un autre côté, l’opéra de M. Diaz, sans avoir les grandes proportions des œuvres de Meyerbeer, était assez long pour remplir la soirée toute entière, et la direction dut renvoyer la première représentation de Gretna Green après le départ de Faure et l’interruption forcée de l’opéra en vogue.

Continuer la lecture de Revue musicale

Lettres de Paris

Grand-Opéra. – La coupe du roi de Thulé

par Philibert Bréban

dans Le Phare de la Loire du 14 janvier 1873

Vous avez certainement lu tout ce que les journaux bonapartistes ont débité depuis deux jours sur la mort de l’ex-empereur. Que dis-je ? Vous avez lu, vous avez savouré, vous avez dû boire du lait en voyant ces pleurs, ces gémissements, ces menaces, ces grincements de dents, ces cris de rage et de colère poussés par le Pays, le Gaulois, l’Ordre et le Paris-Journal.

Continuer la lecture de Lettres de Paris

Revue musicale

Théâtre de l’Opéra-Comique : La Princesse jaune, opéra-comique en un acte, poème de M. Louis Gallet, musique de M. C. Saint-Saëns

par Victorin Joncières

dans La Liberté du 17 juin 1872

Après le tableau florentin du Passant et le tableau oriental de Djamileh, voici le tableau japonais de la Princesse jaune.

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

Théâtre de l’Opéra-Comique : Djamileh, opéra comique en un acte, paroles de M. L. Gallet, musique de M. G. Bizet. Mme Prelly ; MM. Duchesne et Potel

par Victorin Joncières

dans La Liberté du 27 mai 1872

Un de nos jeunes compositeurs, dont les débuts précoces au Théâtre-Lyrique furent des plus remarqués, M. Georges Bizet, l’auteur des Pêcheurs de perles et de la Jolie Fille de Perth, deux œuvres sérieuses qui méritaient mieux qu’un succès d’estime, a consenti, sur les sollicitations de M. du Locle, à écrire un acte pour le théâtre de l’Opéra-Comique. En abordant la scène sur laquelle ont été données les mille et quelques représentations de la Dame blanche, en se présentant devant le public qui a acclamé le Voyage en Chine, M. Bizet, un des plus ardents prosélytes de la nouvelle foi musicale, jouait gros jeu. Deux partis s’offraient à lui : ou renier momentanément ses croyances, et sous le couvert fort excusable d’une fantaisie d’artiste, faire franchement un opéra comique suivant la formule, ou, sans tenir aucun compte des préférences des habitués du théâtre qu’il abordait, composer un ouvrage suivant son tempérament, sans concessions d’aucune sorte, ne s’adressant qu’aux véritables connaisseurs.

Continuer la lecture de Revue musicale

Semaine théâtrale

Première représentation de Djamileh de G. Bizet.

par H. Moreno

dans Le Ménestrel du 26 mai 1872

Notre jeune école de musique poursuit un but qui ne nous paraît pas encore bien défini, mais doit-on avoir le courage de l’en blâmer et de lui briser les ailes ?

Continuer la lecture de Semaine théâtrale