Archives par mot-clé : Lasalle

Chronique musicale

La souscription en faveur des victimes de l’Opéra

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 6 décembre 1873

« Et comme un pareil désastre entraîne bien des misères à sa suite, nous nous sommes fait un devoir, qui sera une satisfaction de cœur, de mettre en vente le présent numéro au profit des victimes de l’incendie. »

Continuer la lecture de Chronique musicale

Chronique musicale

Théâtre de l’Opéra : Gretna Green, ballet-pantomime en un acte de MM. Nuitter et Mérante, musique de M. E. Guiraud (5 mai)

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 17 mai 1873

Sur les théâtres de toutes les grandes villes on saute ; mais on ne dans qu’à Paris (rue Lepeletier, n° 10). Il nous a été donné d’assister à la représentation de divers ballets à Londres, à Marseille, à Bruxelles, à la Haye, à Amsterdam, à Milan, à Venise, et ce que nous avons recueilli d’impressions à travers les verres de notre lorgnette se résume dans l’axiome que nous venons de poser.

Continuer la lecture de Chronique musicale

Chronique musicale

Prochaine représentation d’un ballet à l’Opéra

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 3 mai 1873

Que le lecteur soit sans crainte, nous ne voulons point l’ennuyer ici de discours politiques. Cela était de mise il y a huit jours encore, et l’entraînement vers un si émouvant sujet de conversation était tel que c’est à peine si les chroniqueurs de la musique y pouvaient résister.

Continuer la lecture de Chronique musicale

Chronique musicale

Théâtre de l’Opéra-Comique : Don César de Bazan, opéra-comique en trois actes, de MM. Dumanoir, Dennery et Chantepie, musique de M. Massenet (30 novembre)

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 14 décembre 1872

Voilà qu’on vient de faire un opéra-comique du drame de Don César de Bazan. La pièce a été respectée dans ce qu’elle a d’essentiel ; mais on l’a écourtée en y supprimant ou réduisant plusieurs scènes qui auraient pu paraître trop longues. Et ce travail d’émondage n’était pas sans utilité, car la musique a toujours pour effet de ralentir une action dramatique. Il y aurait eu alors double cause de retard dans la marche des choses ; et au théâtre l’esprit du spectateur est impatient ; il veut que les événements se succèdent avec rapidité ; il exige que le temps coure vite sur le cadran et que les heures ne durent pas plus de cinq minutes.

Continuer la lecture de Chronique musicale

Chronique musicale

Théâtre de l’Opéra-Comique : La Princesse jaune, opéra-comique en un acte et en vers, de M. L. Gallet, musique de M. Camille Saint-Saëns (12 juin)

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 22 juin 1872

A tout hasard, et pour nous en servir à la première occasion, nous avions couché sur un cahier de notes ce plaisant dialogue rapporté par Alfred de Musset :

La scène se passe sur deux fauteuils d’orchestre d’un théâtre lyrique, au moment où vient de finir la représentation d’un opéra nouveau. Le premier spectateur dit à son voisin :

« Mais, monsieur, pensez-vous que ce soit là de la musique ? »

A quoi le second auditeur répond :

« Non, monsieur, ce n’est pas précisément de la musique, et cependant on ne peut pas dire non plus tout à fait que ce n’en soit pas ! … C’est un terme moyen entre de la musique et pas de musique ; ce sont des airs qui ne sont ni des airs ni des récitatifs, des phrases qui ont une velléité d’être des phrases, mais qui au fond n’en sont pas. Quant à des chants, à de la mélodie, ce n’est pas de cela qu’il s’agit ; on ne chante plus, on parle et on crie ; c’est peut-être une sorte de déclamation notée, un compromis entre le mélodrame, la tragédie, l’opéra, le ballet et le diorama… La musique s’y trouve peut-être mais, je ne saurais dire quel rôle elle y joue ».

Continuer la lecture de Chronique musicale

Chronique musicale

Opéra-Comique : Djamileh, opéra-comique en un acte, de M. L. Gallet, musique de M. Georges Bizet (22 mai)

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 1 juin 1872

Il paraîtrait que M. Georges Bizet compose deux sortes de musique : une musique intime dont il ne régale qu’une petite bande d’amis, et qui est, dit-on, fort belle ; et puis une musique à l’usage du public, où il s’amuse à mettre bout à bout tant de rébus et de logogryphes harmoniques que personne n’y comprend rien.

Continuer la lecture de Chronique musicale