Archives par mot-clé : Opéra-Comique

Revue musicale

Opéra-Comique : Le Cerisier, opéra-comique en un acte, de M. Jules Prével, musique de M. Duprato. – MM. Thierry, Barnolt et Teste, Mmes Chevalier, Reine et Révilly.

par M. de Thémines

dans La Patrie du 18 mai 1874

« Sera-t-il dieu, table ou cuvette ? » se demandait le sculpteur du Fabuliste avant d’attaquer de son ciseau le bloc de marbre qui était devant lui. Ce sera un opéra-comique, s’est M. Jules Prével devant un poirier du même fabuliste, le poirier des contes cette fois.

Continuer la lecture de Revue musicale

Semaine théâtrale et musicale

Le Cerisier

par H. Moreno

dans Le Ménestrel du 17 mai 1874

Des cinq grands actes de Guillaume Tell passons au petit acte pastoral du Cerisier, annoncé depuis si longtemps à l’Opéra-Comique et qui vient enfin d’être représenté salle Favart, avec Mlles Chevalier, Reine, Revilly, MM. Thierry, Barnolt et Teste pour interprètes.

Continuer la lecture de Semaine théâtrale et musicale

La Soirée théâtrale

Le Cerisier

Par un Monsieur de l’Orchestre

dans Le Figaro du 17 mai 1874

L’Opéra a été forcé, au dernier moment, de changer son spectacle, la débutante, Mlle Belval, s’étant trouvée indisposée. Aussi la critique n’a-t-elle pas eu à faire de choix entre ce début intéressant et la première non moins intéressante du Cerisier, à l’Opéra-Comique.

Continuer la lecture de La Soirée théâtrale

Premières représentations

Opéra-Comique. – Le Cerisier, opéra comique en un acte, paroles de M. Jules Prével, musique de M. Duprato.

par Auguste Vitu

dans Le Figaro du 17 mai 1874

Le libretto du Cerisier appartient à l’école de Sedaine, aiguisée de quelques sons égrillards directement empruntés aux contes de La Fontaine.

Continuer la lecture de Premières représentations

L’Année musicale

par Arthur Pougin

dans Le Soir du 2 janvier 1874

Le mouvement musical, qui continue d’être très actif à Paris, le serait bien davantage encore si les efforts de nos artistes étaient encouragés comme ils le méritent, au lieu d’être entravés par l’inertie, involontaire ou calculée, des grandes administrations théâtrales. En ce qui concerne ses rapports avec le théâtre, la musique, en effet, est loin d’avoir à se féliciter de la situation que lui font les hommes et les événements. L’administration supérieure, sourde aux trop justes doléances de nos artistes, n’a pas encore trouvé un moyen de hâter la reconstruction du Théâtre-Lyrique, détruit depuis 1871, et la disparition de ce théâtre si utile se fait cruellement sentir, en les privant d’un débouché essentiel et considérable. En fait de scènes lyriques d’un rang élevé, nos compositeurs n’ont donc plus à leur disposition que l’Opéra-Comique, théâtre placé malheureusement en des mains qu’on peut justement appeler inhabiles, et qui, manquant complément à sa mission, semble beaucoup disposé à éloigner et à dégoûter les artistes qu’à les attirer et à les accueillir, comme ce serait son devoir. Quant au Théâtre-Italien, il est, de sa nature, complètement inutile et nul au point de vue de la production nationale.

Continuer la lecture de L’Année musicale

Chronique musicale

La souscription en faveur des victimes de l’Opéra

par Albert de Lasalle

dans Le Monde illustré du 6 décembre 1873

« Et comme un pareil désastre entraîne bien des misères à sa suite, nous nous sommes fait un devoir, qui sera une satisfaction de cœur, de mettre en vente le présent numéro au profit des victimes de l’incendie. »

Continuer la lecture de Chronique musicale

L’incendie de l’Opéra

par Paul Demeny

dans Le XIXe siècle du 31 octobre 1873

Nous n’avons pu, hier, que relater en quelques lignes le fait matériel de la destruction de l’Opéra. Nous allons tâcher aujourd’hui de suivre, heure par heure, le récit de cet effroyable incendie, d’après ce que nous avons vu de nos yeux.

Continuer la lecture de L’incendie de l’Opéra

Bruits de coulisses

par François Oswald

dans Le Gaulois du 13 mai 1873

Les jeunes compositeurs seraient mal venus aujourd’hui de se plaindre qu’on ne leur donne pas l’occasion de se produire.

Continuer la lecture de Bruits de coulisses

Semaine théâtrale

par H. Moreno

dans Le Ménestrel du 4 mai 1873

C’est demain lundi qu’on donnera définitivement à l’Opéra le ballet Gretna Green quelque temps retardé par suite d’une légère indisposition survenue à Mlle Beaugrand ; c’est au talon que le mal s’était porté, et l’on comprend que chez une danseuse il ne pouvait choisir plus mal sa place. Même un instant on a craint que l’intéressante artiste ne restât estropiée, mais aujourd’hui, grâce à un traitement énergique, on a pu conjurer le danger et l’art chorégraphique ne verra pas disparaître une de ses étoiles.

Continuer la lecture de Semaine théâtrale

Revue musicale

Roméo & Juliette à l’Opéra-Comique. – M. Halanzier et le nouvel opéra

par Guy de Charnacé

dans Le Bien public du 28 janvier 1873

Qui donc prétendait que le directeur de l’Opéra-Comique n’aimait pas la musique ? Qui donc prêtait à M. de Leuven l’opinion suivante : « Ce qu’il faut à mon théâtre, ce sont des pièces gaies, telles que le Postillon de Lonjumeau, le Voyage en Chine ou Vert-Vert, des pièces si bien faites, si intéressantes qu’elles puissent se passer de musique et réussir néanmoins. En un mot, le public de la salle Favart ne demande qu’un minimum de musique ; il y en aura toujours trop pour lui et pour moi, et jamais pas assez ! »

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

Opéra : La Coupe du roi de Thulé, opéra en trois actes de MM. L. Gallet et Ed. Blau, musique de M. Eugène Diaz

par Adolphe Jullien

dans Le Français du 20 janvier 1873

On se rappelle avec quelle joie fut accueilli, en 1867, l’arrêté du maréchal Vaillant, instituant des concours dans nos trois théâtres lyriques. L’administration savait bien ce qu’elle faisait en ouvrant ce triple tournoi ; elle frappait un coup éclatant pour faire oublier l’indifférence qu’elle avait longtemps montrée envers les musiciens : elle réussit à souhait. Du jour au lendemain, les récriminations se changèrent en éloges. On vanta sur tous les tons le goût éclairé, le sens droit, la généreuse initiative du ministre et de ses conseillers. On oublia, en un jour, toutes les misères passées. On pardonna aux directeurs leurs arrogance, à l’administration son insouciance ; et tous se mirent à l’œuvre avec zèle, artistes, amateurs, lauréats de Rome, jeunes, vieux, entre deux âges, tous palpitant de joie à la seule idée du succès futur.

Continuer la lecture de Revue musicale

Revue musicale

par Oscar Comettant

dans Le Siècle du 20 janvier 1873

L’événement musical de la semaine dernière a été l’apparition à l’Opéra de la Coupe du roi de Thulé, opéra en trois actes et quatre tableaux, de MM. Louis Gallet et Édouard Blau, musique de M. Eugène Diaz.

Continuer la lecture de Revue musicale

Théâtres

Opéra : La Coupe du roi de Thulé, opéra en trois actes, de MM. Blau et Gallet, musique de M. Diaz

par Paul Foucher

dans L’Opinion nationale du 20 janvier 1873

Si c’est au résultat d’un concours que nous devons le choix de la partition de M. Diaz à l’Opéra, ce sera l’arrêt de mort des concours pour l’avenir. Ce résultat aura prouvé que des hommes distingués, individuellement gens de goût, une fois rassemblés, se neutralisent l’un l’autre par des timidités qui les conduisent à des compromis favorables à la moyenne d’une médiocrité officielle, en préférant un talent correct, estimable et fatalement limité, à une inspiration qui pourrait être incomplète encore, mais riche d’avenir. On devait rechercher les moyens d’offrir une prime au génie naissant, et finalement il se trouve qu’on aura distribué… un prix d’orthographe.

Continuer la lecture de Théâtres

Revue musicale

Théâtre de l’Opéra : La Coupe du roi de Thulé, opéra en trois actes et quatre tableaux, de MM. Louis Gallet et Edouard Blau, musique de M. Eugène Diaz

par Ernest Reyer

dans le Journal des débats politiques et littéraires du 16 janvier 1873

Un premier concours, institué en 1864 par le directeur du Théâtre-Lyrique, produisit la Fiancée d’Abydos ; trois ans après, les directeurs de l’Opéra-Comique, stimulés par le zèle de M. Camille Doucet, alors directeur des théâtres au ministère des beaux-arts, promirent d’imiter le bel exemple que M. Carvalho leur avait donné. Nos trois directeurs se réunirent donc dans le cabinet de M. Camille Doucet, où furent appelés en même temps, à titre de conseillers, plusieurs artistes et compositeurs dramatiques. J’étais parmi ces derniers. « Aimez qu’on vous conseille et surtout qu’on vous loue ». Je louai donc la pensée philanthropique de MM. les directeurs, mais je trouvai si peu pratique l’idée d’un concours qui impose le même poème à des musiciens doués d’aptitudes diverses, que je n’hésitai pas à dire que le mieux était d’y renoncer. Mon conseil, appuyé par M. Gevaërt, sembla d’abord être pris en considération ; mais, en fin de compte, il ne prévalut point. M. de Saint-Georges avait tiré de ses cartons le poème du Florentin et le tenait suspendu sur la tête des concurrents désireux de suivre la bannière de l’Opéra-Comique ; l’Opéra allait mettre au concours un poème d’opéra en trois actes, trois petits actes destinés sans doute à être joués avec un ballet ; le Théâtre-Lyrique seul, et celui-là du moins agissait plus libéralement, laissait aux compositeurs prêts à entrer dans la lice une entière latitude pour le choix du livret. Mais ne pouvait-on là aussi se heurter à un écueil, voir une partition remarquable associée à un poème médiocre, et vice versa ?

Continuer la lecture de Revue musicale